BLOG « ACTUALITÉ ET MYTHOLOGIE »

Octobre 2019

GC

Les anciens, par la conscience qu’ils avaient de l’impermanence de la vie, saluaient Dame Nature pour tous les changements qu’elle impulsait au cours de l’année… Et le début de l’AUTOMNE marque ce tempo en offrant une facette renouvelée du monde qui nous entoure… 

Pour beaucoup d’entre nous, le mois d’octobre accueille notre routine. Durant ces dernières semaines, nos activités ont souvent bataillé au coude à coude pour se faire une place dans nos emplois du temps d’Hommes modernes. Après quelques tâtonnements, nos quotidiens d’octobre semblent avoir enfin trouvé un JUSTE ÉQUILIBRE pour lequel nous sommes prêts à jurer constance et fidélité jusqu’à l’été prochain ! 

Toutefois, nous savons tous que l’Automne, avec son cortège de nuages et ses variations de lumière, travaille à épuiser même les plus dynamiques de nos motivations…

En Automne, on voit se transformer notre terrain de jeu. C’est le temps des nuits plus longues, le temps des parapluies, le temps des manteaux qu’il faut retrouver au fond des armoires… Alors l’Automne, c’est un peu le temps du deuil de nos activités estivales… Ainsi, face aux nouvelles humeurs de la Nature, chacun prend conscience qu’il est temps d’accepter et d’acter la rentrée…

Et si nous regardions l’Automne à la manière des anciens ? Et si nous ressentions ces mois qui nous préparent à l’hiver avec tous nos sens ? 

Car l’Automne c’est aussi le temps des feuilles qui rougissent sous l’effet de quelque émotion inconnue, c’est le temps des parfums d’humus réveillés par une myriade de champignons sortis de terre brusquement, c’est le temps des châtaignes qui offrent leurs saveurs nourrissantes et réconfortantes, c’est le temps des ciels irisés et imprévisibles qui s’effilochent en contre-jour. Soyons attentifs à tous ces changements. Prenons plaisir à observer la mécanique merveilleuse du monde qui nous entoure. Percevez-vous tout cette effervescence feutrée qui s’organise dans les arbres, sous terre, dans le ciel ? Végétaux et animaux répondent en coeur aux variations de saisons… Chacun sait ce qu’il a à faire. Ceux-ci façonnent leur nid, d’autres se réunissent pour migrer vers le sud, ceux-là engrangent des provisions sous terre… Et vous ? Que faites-vous aujourd’hui pour préparer l’hiver ?

Géraldine Crevat 

Tous droits réservés

GC

Septembre 2019

Septembre… l’heure des vendanges ! Mais savez-vous que cette tradition millénaire est étroitement liée à l’histoire extraordinaire de DIONYSOS ? Avez-vous déjà entendu parler de ce dieu du panthéon grec qui dit-on, fit don de la vigne aux hommes de l’Antiquité ?

DIONYSOS ne fit rien comme les autres dieux ! Il commença à se faire remarquer dès sa venue au monde ! En effet, sa naissance fut si surprenante que nous en parlons encore ! Voilà un personnage qui peut se vanter d’être NÉ DE LA CUISSE DE JUPITER !

La mère de DIONYSOS, Sémélé, fut foudroyée par la jalouse Héra (l’épouse de Zeus) alors qu’elle était enceinte. Pour sauver l’enfant, le père Zeus (Jupiter pour les Latins) cousit le foetus à l’intérieur de sa cuisse afin que la grossesse puisse être menée à son terme.

Une fois né, le dieu orphelin de mère et né de la cuisse de Zeus, fut élevé en Asie mineure. Le jeune DIONYSOS grandit alors au milieu d’une Nature sauvage offrant mille libertés. Nymphes, Ménades, Silènes et Satyres le suivaient continuellement en un cortège bruyant, sans aucune retenue, laissant aller et venir les instincts des uns et des autres. La joyeuse troupe menée par DIONYSOS envahit forêts et campagnes, montagnes et ravins. DIONYSOS parcourait un monde sans frontière, sans contraintes, un monde de musiques et de danses folles… Comme le dieu nomade n’avait pas de maison, il lui arrivait parfois de demander l’hospitalité aux hommes. C’est d’ailleurs pour les remercier qu’il offrit jadis la précieuse vigne aux Grecs. Tendez bien l’oreille… L’entendez-vous rythmer nos quotidiens de ses musiques enjouées ? Peut-être le rencontrerez-vous en ce mois de septembre. Car il se peut qu’il veille au milieu des sarments alors qu’il est grand temps pour nous, de récolter les grappes de raisin…

Géraldine Crevat

Tous droits réservés