BLOG

________________________________________

DÉCEMBRE 2022

BONJOUR !

Si vous aviez vécu à l’époque de la Grèce antique, vous auriez salué un ami dans la rue en lui disant 

– kaire-χαίρε,

ce qui signifie réjouis-toi, sois joyeux.

En comparaison, « Bonjour » apparaît comme une politesse bien étriquée n’est-ce pas ? On vous souhaite un bon jour ? Soit ! La belle affaire… Voilà votre sort dédié à la providence, aux aléas, à la passivité. Et si la journée s’annonce médiocre, vous ne pourrez que pester contre le destin !            
Or lorsque l’on vous lance « Réjouis-toi », il ne fait aucun doute que vous êtes partie prenante.

Alors quelle formule choisissez-vous pour commencer votre journée ? 


________________________________________

NOVEMBRE 2022

UN HIVER TOUT DOUX…

En Novembre, les jours raccourcissent. Voilà un phénomène qui n’a de cesse de préoccuper les hommes depuis l’Antiquité ! Si les savants comme Géminos (1er siècle avant J-.C.) se rassuraient par des observations scientifiques, la mythologie resta longtemps quant à elle, la seule explication de la venue de l’hiver.

                      Pour les Athéniens de l’Antiquité, le mois de Novembre – maimaktêriôn – fait entrer l’année dans l’hiver. On le dédie à Zeus, « le grand rassembleur de nuages », ainsi surnommé car il règne sur les forces et des énergies célestes. Et si l’on sait que maimaktêriôn se traduit par « impétueux », on imagine tout de suite quel genre de nuages Zeus est capable de rassembler ! C’est pourquoi, en Novembre, les Athéniens organisaient de grandes fêtes en son honneur afin qu’il veuille bien adoucir un peu la méchanceté de l’hiver…

Géraldine Crevat – Tous droits réservés


________________________________________

OCTOBRE 2022

conférences à Sophia-Antipolis, Mougins et Paris

________________________________________

SEPTEMBRE 2022

PARUTION SEPT.2022

RETOUR DE VACANCES SUR L’OLYMPE…

      Faible empreinte carbone, accueil fantastique, météo radieuse,

nourriture ambroisie et nectar, guide 5 étoiles, personnel chaleureux et

divin, piscine olympique, activités merveilleuses…

En bref, mes vacances d’été sur l’Olympe ont été mythiques !

⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Géraldine 😉

________________________________________

AOÛT 2022

UNE CANICULE QUI A DU CHIEN !

      Vous avez dit canicule ? Comme canicula, le féminin de canis qui veut dire « chien » ? Bon… encore une histoire à en perdre son latin !

            Alors plongeons ensemble dans la mythologie grecque pour nous rafraîchir les idées…  

                        Il était une fois un chasseur nommé Orion et son chien Sirius, tous deux transformés en étoiles par le fait de sautes d’humeur d’une déesse grecque … 
            Si la constellation d’Orion est un peu lointaine, vous savez à coup sûr repérer Sirius dans le ciel car outre notre soleil, il s’agit de l’étoile la plus brillante de notre hémisphère nord. La constellation dans laquelle a été propulsé Sirius s’appelle donc, la constellation du grand chien, bien sûr. 
            Sirius signifie en grec « ardent, brûlant ». Hésiode* nous parle de Sirius comme « Seirios aster » – l’étoile ardente – qui lorsqu’elle roule au-dessus de nos têtes très longtemps, personnifie la canicule, ce moment de l’année le plus chaud qu’il soit.
            Car dans le ciel d’été, à savoir de fin Juillet à fin Août, Sirius se montre en effet en même temps que le soleil.  Son souffle chaud se répand sur la terre et tout s’enflamme, et tout se dessèche, grillant tous les champs des hommes !
Dans leur vie pratique, les anciens anticipaient cette période de chaleur extrême tant redoutée en scrutant le ciel. Pas si bête ! On l’appelle encore plusieurs millénaires après, canicule en souvenir du chien transformé en étoile…

            Ceci dit, vous aurez remarqué que cette année, la canicule a montré son museau beaucoup plus tôt… Qu’a donc pu bien faire l’homme qui est tout près de Sirius, son maître Orion le chasseur, pour que la canicule de 2022 ait perdu son tempo ?

* Hésiode : auteur grec d’origine paysanne VII°siècle avant J.-C.

Géraldine Crevat – Tous droits réservés


________________________________________

JUILLET 2022

HAUT LES MASQUES !

Les Grecs de l’Antiquité auraient bien ri de nous voir aujourd’hui affublés de nos masques chirurgicaux pour nous rassembler tout en bravant le Corona virus !

En effet, ceux-ci étaient convaincus qu’il n’y a rien à faire contre les épidémies puisqu’elles sont provoquées par Apollon et Artémis, des dieux imprévisibles. 

            Ceci dit, si pour nous il s’agit d’un geste barrière bien concret et bien utile, pour les anciens, porter un masque – prosopon – a une portée beaucoup plus conceptuelle. Ainsi, c’est sur les scènes des théâtres grecs que l’on fait usage du masque. 

            Souvent en tissu peint, il recouvre entièrement la figure de l’acteur. Il a é5té conçu pour que les spectateurs – non masqués, eux ☺️ – ne puissent le reconnaître. Le masque cache en effet son identité réelle pour lui permettre d’en incarner une autre. Dès lors, il a tout loisir de se prêter au jeu de l’illusion et d’interpréter son texte. Et tout est permis puisque ce n’est pas lui qui s’exprime mais le faux visage peint sur le tissu blanc, la façade, l’apparence !   

            Devant les comédies d’Aristophane* le public rira à gorge déployée car il aura identifié facilement le personnage joué dans la pièce de théâtre. Tiens, tiens… « personnage »… Voilà le mot latin – persona – qui signifie lui aussi, « masque » ! Et le personatus est celui qui porte le masque, c’est-à-dire, l’acteur !

                 Cela a donné en français le mot « personne » utilisé par Ulysse** pour masquer son identité face au cyclope Polyphème.
Vous et moi sommes donc des « personnes » qui avec ou sans masque, jouons les rôles de notre vie.
Alors choisissez : quel emoticon allez-vous peindre sur votre masque aujourd’hui ? 😉

Géraldine Crevat – Tous droits réservés

* Aristophane : auteur grec de comédies au V°siècle avant J.-C.

** Voir « l’Odyssée » de Homère

________________________________________

MAI 2022

________________________________________

AVRIL 2022

Conférence Géraldine CREVAT pour ANPEIP Côte d’Azur, le 26 Avril 2022 :

Hypersensibilité chez l’Enfant Intellectuellement Précoce, un jardin à cultiver…


Qu’est ce que l’hypersensibilité pour un EIP ? Quel impact dans sa vie quotidienne et celle de son entourage ? Que faire de ce trait de caractère si particulier ? 

________________________________________

MARS 2022

Salon du Livre Antiquité,
Lyon, Mars 2022

PHILOSOPHIA, JEU DE MOTS OU JEU D’ESPRIT ?

On a pour habitude de situer l’avènement de la philosophie à l’époque de Socrate*. Néanmoins, l’approche intellectuelle des présocratiques – c’est-à-dire littéralement des penseurs d’une période antérieure à Socrate – est philosophique. Mais que signifie le mot philosophie ?

Êtes-vous de ceux qui pensent que philosopher c’est « aimer la sagesse » ?

Dans ce cas, vous serez d’accord avec la démonstration étymologique suivante : le mot philosophie est composé de philein – φιλεῖν, verbe qui signifie en grec ancien « aimer » et de sophia – σοφία que l’on traduit par « sagesse » … 

             Face à cette vérité, je résiste* ! Car vu sous cet angle, Philosophia me paraît bien ennuyeux… « Aimer la sagesse », quelle drôle d’association sémantique ! Qui a vraiment envie d’aimer la sagesse ?

              Le mot philosophia s’avère beaucoup plus fascinant en ajustant sa traduction. En effet, en grec ancien philein s’étend à d’autres sens. Ce verbe n’est pas seulement contraint « d’aimer » mais peut aussi signifier « s’intéresser à ». Déjà, la nuance éclaire de nouvelles perspectives et titille notre curiosité. 

              Il est vrai que lorsque l’on « aime », on « s’intéresse à » !

Nous voilà désormais libre d’aimer ou de ne pas aimer sophia !  Le premier élément de notre équation prend de la couleur.

             Il ne nous reste plus qu’à saisir sans sagesse, ce qui se cache derrière le mot sophia… Or c’est la notion d’expérience que nous découvrons. Sophia – σοφία nous montre la route du « savoir », de la « connaissance », de la « pratique », de la quête de vérité… Car en grec sophia signifie tout ceci à la fois ! 

            Voici notre formule résolue : PHILOSOPHIA S’INTÉRESSE À LA CONNAISSANCE !

* Socrate : philosophe grec – ca.470-399 av. J.-C.  ** voir l’ouvrage « Big bang chez les Grecs ; entre mythe et réalité ».

Géraldine Crevat – Tous droits réservés

________________________________________

JANVIER 2022

UNE BELLE MÉTÉO…

________________________________________

Triste nouvelle… le psychologue Jean-Charles TERRASSIER spécialiste des EIP et fondateur de l’Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces nous a quittés. Les HP petits et grands lui doivent tant…

________________________________________


DÉCEMBRE 2021

STRESS ET OBJECTIF…

Quiconque est en état de stress n’est jamais content de ce qu’il est en train de vivre. Peu importe ses occupations, il ne profite de rien. Savez-vous qui lui ressemble dans la mythologie grecque ? 

Il s’agit de Sisyphe. 

            Souvenez-vous : Sisyphe est un homme aux multiples talents. Déterminé et rusé, il sait se tirer de toutes les situations compliquées. Et parfois, il use de démesure voire de parjure pour parvenir à ses fins. 

            On raconte qu’un jour, il s’attira la colère de Zeus dont il avait révélé un des secrets. Précipité dans les enfers par le dieu irrité, le malin Sisyphe réussit grâce à la ruse à enchaîner Hadès, le dieu du royaume des morts. 

            Tout à coup, la logique du monde se figea et plus aucun homme ne mourut sur la Terre. Le dieu de la guerre en fut très contrit. Sur les champs de bataille, des guerriers sans tête et d’autres transpercés de flèches couraient dans tous les sens ! Il vint alors au secours du dieu des morts qu’il libéra sans perdre une minute. 

            Mais c’était sans compter sur l’habileté de Sisyphe qui rusa encore pour qu’Hadès le laisse rejoindre le monde des vivants… Vous l’avez compris : Sisyphe parviendra à atteindre son objectif et retournera auprès des siens.

            Toutefois, les dieux commencèrent à se méfier de cet homme malin qui n’hésitait pas à les défier. Et le jour où celui-ci mourut de sa belle mort, ils prirent le contrôle de celui qui était susceptible de mettre en danger l’ordre du monde en lui imposant une épreuve.

Sisyphe se vit alors condamné à faire rouler une énorme pierre jusqu’au sommet d’une montagne pour qu’elle retombe de l’autre côté. Il se mit à l’ouvrage mais à chaque fois que son objectif était sur le point d’être atteint, le rocher lui échappait et dévalait sur le versant de la montagne qu’il venait de grimper. Tout était à recommencer !

            Pendant qu’il s’échinait à réaliser son épreuve, les dieux se félicitaient : Sisyphe n’avait plus le temps de songer à une nouvelle ruse pour contourner leur autorité. Il luttait aveuglément contre sa destinée absurde et leur fichait la paix !

            Que manque-t-il à Sisyphe pour retrouver du sens et atteindre son objectif ?

Et vous, selon vous, allez-vous atteindre votre objectif et garantir les bonnes résolutions que vous allez prendre en début d’année prochaine ?  workshops-developpement-personnel / JANVIER 2022

Géraldine Crevat – Tous droits réservés

________________________________________